top of page
  • Damien Dubuc

Poésie sans titre

Je pense à ma maison, je pense à toi.


Mon salon, comme ton cœur

Une chance que j’ai trouvé un toit

Tu fais disparaître ma peur, comme de la vapeur

Mais comment se fait-il

Que dans tes bras, je ressente autant de réconfort

Morte fut mon âme et ressuscitée en te voyant


Mon refuge est devenu un enfer

Qui a évolué le temps que je traverse l’écluse

Parle-moi de ta personne

Parle-moi de tout

Et détruis tout

Ce qui était un tout

Le fameux coup de poignard dans le dos

Je l’ai eu, puis j’ai bu

Et tu peines seulement à me récupérer


Cesse de culpabiliser

Une honte, je vois en toi

Je retourne me coucher, j’ai rêvé de l’enfer paradisiaque


28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

RIEN

Comments


bottom of page